Episode 1

by Gotham City Kidz

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €3 EUR  or more

     

1.
02:16
2.
3.
4.
5.
6.
7.

credits

released May 13, 2015

Beats & cuts: Dj Cross-Y
Lyrix to go: Tis

Cover picture by Nuam

tags

license

all rights reserved

about

Gotham City Kidz New York, New York

Superstar, superhero

contact / help

Contact Gotham City Kidz

Streaming and
Download help

Track Name: Minuit
DANS LA VILLE DE GOTHAM CITY, un tas de civils trop pacifistes qui n'assimilent pas assez vite que la ville est parfois sinistre, et puis s'y risquent, T.I.S ET CROSS Y, on est connu comme une milice qui administre des lyrix non pessimistes, mais pas si lisses, GOTHAM CITY KIDZ, c'est notre blaze pour que la foule se mobilise, que la situation ou se situe l'action se stabilise, 2014 ET 15, nos meilleures années d'activisme, on écrit l'histoire et on recrée l'espoir chez les âmes si tristes, HIP HOP, SOUL ET JAZZ sont nos armes pour que tu finisses sous le charme, et secoue le crâne, puis qu'enfin la paix s'immisce, B BOY ET FLY GIRL sont inscrits sur VIP liste, que des bons sons sur la playlist et de l'émotion pour les puristes, SUPERSTAR, SUPERHEROS, on l'est tous quand on prend des risques, alors on va sauver le monde via les ondes que produit ce disque (x2)
Track Name: Présentation (00h12)
Journée normale, soûlé de se lever comme d'hab, sous l'effet insupportable du réveil de mon portable, j'enchaîne, dans des transports souvent en panne, je m'en sors et trouve encore un supplément d'âme pour arriver en forme toute la semaine, mais le taf rend ouf et prend le crâne, j'étouffe et souffre dans le calme, m'essouffle, et tout fait que je m´enflamme, mais ce n'est pas la peine, car c'est la même du lundi au vendredi soir, en matinée, en journée, c'est la même histoire... Mais quand le soleil se couche, et que le sommeil te touche, je branche mon casque dans l'appareil, et mes oreilles se bouchent, quand le son fait que je bouge ma tête, et s'offre une touche, puis, fait mouche, alerte, tout s'arrête sauf une bouche, c'est bien sûr la mienne qui slam, et sans faire le bourge, rap et vise la reine, freestyle, mais sans faire de retouches, parle pas de pistolet, vices, monnaie, de biz qu'on écoule, plutôt peace comme des fils modèles puisqu'on est cool....

on prend des risques, on regarde pas vers le vide, on saute, on sort des disques, et on envie pas la vie des autres, on s'organise dans la musique pour dix mille raisons, voici une livraison, à l'heure ou filent les songes, on prend des risques, on regarde pas vers le vide, on saute, on sort des disques, et on envie pas la vie des autres, on s'organise dans la musique pour dix mille raisons, voici une livraison venue de la ville des ombres...

on agit quand le jour disparaît, à ce qu'il paraît, y en a qui se marraient, mais depuis le début, j'avais ce qu'il fallait, le flow impulsif m'allait, mais aujourd'hui, je suis plus cool qu'à 26 balais, je suis de la old school, comme l'esprit de K-Mel, simple et funky, on ne participe jamais à vos party skins clandestines, on esquive ça mec, loin des types pas nets, on dessine dans d'impossibles palettes, imagine un autre monde et une inoffensive planète, ça, c'est facile à dire, mais difficile d'admettre que l'homme fera toujours pire et l'avenir à des signes d'arrêt grave, donc je décide d'affronter la vie comme un vrai brave, un true Man comme Jim Carrey qu'avancerait comme Terry Metcalfe, puis domine la ville la nuit en périmètre large, trop haut comme l'es Renaud Lavilenie, l'ami, je monte les marches, gravit les étages et observe la cité grise, c'est T.I.S et Cross Y, les Gotham City Kidz......

REFRAIN

Gotham City Kidz, don't stop, Get it Get it, dans ce rap, j'utilise tant d'armes, débite si vite, lance flamme, dynamite, Cross Y délivre des béats sensas et des rythmiques fantastiques, idylliques...
Track Name: Quand la ville dort (00h32)
La ville devient paisible, et le brouillard s'épaissit, c'est l'ambiance que j'aime précisément, et que j'apprécie, seulement il n'y a pas de vrai signe d'apaisement dans nos esprits, on est speed, on est ce type agressif, ou cette fille trop mesquine, qui l'esquive, citoyens des grandes villes, on se surestime, si bien sur l'écran de film, qu'est ce qui nous destine à jouer les premiers rôles, camper celui de James Dean, à trouver les autres drôles, ou juger sans modestie, cette attitude hautaine, j'ai plus de 16 lignes d'écriture contre elle, lui déclare même une guerre intestine, c'est elle qui tue l'individu moderne, son dress code est slim, ainsi que celles qui s'estiment inaccessibles, j'y pense alors que ma ville est désherbée, déserte et vide, j'y pense à l'heure ou ma ville est très zen, prends des airs timides, j'y pense et je me demande à quoi ça sert, sincèrement, j'y vis parmi des gens bien ternes, ma ville Lumière c'est Gotham City...
Je rappe quand la ville dort, je raconte ma vie morne, je rapporte des rimes d'or quand je me ballade toute la nuit dehors (x2).
La ville s'est endormi, la nuit les belles plantes rentrent, il ne reste que des orties, de sortie, rampantes, lentes, toutes en bande, assorties, pas forcément méchantes, mais aujourd'hui la légende les rend sordides, je les entends, seulement, moi aussi, les laisse en plan, fais semblant, file sans bruit, elles sont pourtant comme moi, suivant souvent le vent et la pluie, préférant l'ombre aux lumières du soleil levant, quand je m'ennuie franchement, je fuis, prend les devants, voilà vraiment comment je suis, comment je vis dans mon temps, agit comme un pur produit des maudits bâtiments, je parle aucunement de taudis, et je conduis rapidement le jour, puis marche la nuit, m'introduit tranquillement
Je rappe quand la ville dort, je raconte ma vie morne, je rapporte des rimes d'or quand je me ballade toute la nuit dehors…
Track Name: Quand la ville dort (Rize remix)
La ville devient paisible et le brouillard s'épaissit, c'est l'ambiance que j'aime précisément et que j'apprécie, les jours sont toujours courts mais les nuits sont pour les mc's, ainsi que pour les vautours, aux alentour de leurs récits, ma cité vaut le détour, même si ma vision se rétrécit, celle ci me vole, détourne mon attention de jeune imbécile, celle ci me joue des tours, j'ai impression d'être indécis entre haine et amour, mais c'est toujours elle qui décide, comme ce soir, où je croise des regards dépressifs dans ce square, ceux des gens qui se laissent vivre ou mourir de désespoir, malgré tout, il faut que je reste vif, j'ai 16 bars agressifs, et une histoire à écrire sur mes exploits, Gotham City, c'est cris et messes basses, c'est surtout gris, peu d'espaces verts qui incitent à l'extase, et pour la suite, mon texte passe d'un univers à l'autre, c'est peut être nase, mais c'est ma ville, quand je passe par de complexes phases, que j'illumine

Et je rappe quand la ville dort (de minuit pile a 5 du mat), je raconte ma vie morne (plus je sors en ville, plus je gratte) je rapporte des rimes d'or (éphémères, non durables) quand je me balade toute la nuit dehors (nécessaire pour que tu captes)

La ville s'est endormie, la nuit les belles plantes rentrent, il ne reste que des orties, de sortie, rampantes, lentes, toutes en bande, assorties, pas forcément méchantes, mais aujourd'hui la légende les rend sordides, je les entends, elles aussi, d'ailleurs, c'est troublant quand mon rap frappe l'amorti, autrement dit, agit plus prudemment près des bandits, c'est pourtant eux qui m'inspirent plus souvent, mon art grandit, en vieux marin comme Gambi, je navigue sans plan, mais dans la vie, reste un apprenti, et prend le pli, pour l'instant, je rencontre un peu n'importe qui, encore pris dans le ciment, mon rap est loin d'un Jordy, ce genre d'inutiles gens, pas de party chez Corti, je coupe l'ordi subitement, envoie le couplet sur orbite, je suis hors Beat, hors du temps, un seul pilote dans le cockpit, du Mobb Deep dans le tympan, avec l'esprit et le corps libre, un fort, digne habitant d'un Gotham City morbide, qui redevient vivant grâce à mon clan

Et je rappe quand la ville dort (de minuit pile a 5 du mat), je raconte ma vie morne (plus je sors en ville, plus je gratte) je rapporte des rimes d'or (éphémères, non durables) quand je me balade toute la nuit dehors (nécessaire pour que tu captes)